Accompagner la vie

Quand la maladie est là, quand le malade est en détresse et a besoin d’être écouté, une présence humaine, un accompagnement de sœurs et frères en humanité, est utile pour aider à mieux vivre cette épreuve. Que ce soit un accompagnement jusqu’à la guérison ou un accompagnement jusqu’à la finitude, l’un des remèdes est l’écoute du souffrant. Concrètement, je vous propose une de mes rencontres en hôpital.

Angèle avait été hospitalisée pour une infection importante qu’il fallait enrayer. Son infection l’avait épuisée et il est apparu rapidement qu’elle baissait les bras. Angèle avait dit aux médecins qu’elle comprenait sa situation et qu’à son âge mourir lui apparaissait logique. Et que, par conséquent, elle souhaitait attendre sa fin rapidement. Pour mes collègues qui l’avaient visitée, elle semblait ne plus avoir goût à la vie.

Angèle était une amoureuse de poésie et de littérature. Elle en est venue à demander à une de mes collègues si nous accepterions de venir lui lire des poètes du Moyen-âge. J’ai donc rendu visite à Angèle avec une anthologie de poésies. Je m’attendais à rencontrer une personne qui demandait ce service comme si c’était un peu ses dernières volontés. Mais je me suis rendu compte, au cours de nos échanges, qu’elle reprenait progressivement le goût de vivre. J’ai passé presque deux heures à l’écouter me parler de sa bibliothèque qui comptait plusieurs milliers de livres, de son goût de la littérature, me demandant ce que je lisais actuellement, les auteurs contemporains ou des siècles précédents que j’appréciais et pourquoi. Je l’écoutais s’exalter pour tel ou tel auteur, tel ou tel ouvrage. Lorsque je l’ai quittée, Angèle m’a dit : ca serait bien que l’on puisse continuer à échanger tous les deux. Et voila, Angèle faisait des projets d’avenir.

Quelques jours auparavant, Angèle était moralement au plus bas. Si cela avait été autorisé, peut-être lui aurait-il été possible de demander à abréger sa vie.  Peut-être lui aurait on permit. Et elle n’aurait alors jamais connu cette nouvelle soif de vivre et de faire des projets que j’ai rencontré lors de ma visite ce jour là. Angèle aurait été privée et aurait privé son entourage de moments de vie encore plein de tendresse et d’amour avec ceux qu’elle aime !

La maladie nous concerne tous, cela n’arrive pas qu’aux autres…. Une oreille attentive, un sourire, un regard… sont autant de chemins de soulagement et de goût de vivre.

 

Michel Riou,                                                                                                                        Accompagnant bénévole en soins palliatifs.

2 thoughts on “Accompagner la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>